header
Stephanie

Ecologiste à Mont-Saint-Aignan

logo

Sommaire

europe ecologie

Liens

  • Mont-Saint-Aignan autrement
  • Claude Taleb
  • Hélène Flautre, députée européenne
  • Les élus Verts au conseil régional de Haute Normandie

Actualité

Depuis la première autoroute constuite après guerre (A13 entre St Cloud et le Triangle de Rocquencourt) des milliers de kilomètres ont été constuits, permettant de constater que la construction d'un contournement routier génère le trafic qui bientôt l'engorgera. La fluidité passagère favorise immédiatement le fret routier, puis l'urbanisation à proximité des échangeurs et les transports routiers qui vont avec. Le désengorgement probable de demain, ne doit pas nous leurer sur l'engorgement programmé d'après demain. j'habite Darnétal et j'ai du mal à croire que le trafic de plus en plus intense qui traverse le tunnel de la Grand-Mare et le pont Mathilde soit à 70% intra-urbain ou qu'il puisse être résolu par le 6em pont, qui se trouve sur un axe différent et qui lui rentre dans l'agglomération.

chaunu

Oui les Verts se doivent de défendre une alternative sérieuse à cette impasse. Arrêtons de penser route : investissons dans les bateaux et le train pour les marchandises entre la Hollande et l'Espagne. Investissons dans les transports doux et en commun pour nos déplacements en ville. Mais sourtout pensons la ville autrement, pour nous déplacer autrement. A la succéssion de zones collées aux routes : zones pavillaonnaires sans âmes succédant aux zones d'activités affreuses, elles-mêmes situées à proximité de grands ensembles mortifères, préférons la mixité de l'habitat, de l'activité, des espaces de loisirs et de vie. Tout ceci recrée des occasions d'être ensemble, de se déplacer moins, de vivre mieux sa vi(ll)e.

montage

Enfin pour répondre à votre préoccupation immédiates de Darnetal et du tunnel de la Grand-Mare, un article de ce jour dans PN évoque les arlternatives qu'offrira bientôt le Pont Flaubert. Il permettra aux camions de contourner Rouen via l'A29 et l'A151. De même les quais pourront être désengorgés par la Sud III via le boulevard industriel et le rond point aux vaches. Alors au lieu de renforcer la logique routière à Rouen, soyons tournés vers l'avenir de cette ville portuaire ou les cargos cotoient les péniches et le train. Rouen, agglomération où les transports en communs peuvent encore très largement être entendus. Rouen où le vélo n'existe pour ainsi dire pas. Pour demain attendons le pont Flaubert et pour après demain, au lieu de choisir les vieilles mauvaises recettes, soyons audacieux : inventons à Rouen l'alternative au tout routier.